• hermétisme

    HERMÉTISME, subst. masc.

    A. − Ensemble de doctrines ésotériques qui sont censées constituer la révélation du dieu égyptien Thot (auquel les Grecs donnèrent le nom d'Hermès Trismégiste) et qui donnent certaines bases à l'alchimie du Moyen Âge; p. ext., philosophie hermétique, alchimie. Canches possédait des connaissances extraordinaires dans les domaines de l'hermétisme et de la kabbale (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p. 10).
    P. ext. Savoir occulte, ésotérique. Le devin ne peut se situer hors du temps (...) qu'en menant la vie de solitude et de méditation des grands initiés; qui dit initiation dit hermétisme (Morand, Excurs. immob., 1944, p. 8) :
    Cependant, subsiste la vieille et toujours renaissante habitude de certains savants, qui créent un milieu à eux pour en exclure les non initiés et faire croire à la nouveauté sous couleur d'un langage à part. Dans la science et l'enseignement, cette forme atténuée de l'hermétisme doit être condamnée au même titre que l'hermétisme lui-même; avec la précision du français, il serait impardonnable que notre parler scientifique soit incompris...
    Marin, Ét. ethn., 1954, p. 6.
    B. − Caractère de ce qui est difficile ou impossible à comprendre et/ou à interpréter. Synon. obscurité. Si j'avais de ces napoléons qu'on nomme des louis, ce qui prouve la légitimité des Bourbons, rien n'égalerait l'ésotérisme, l'hermétisme de mes vocables. Je rêve la vengeance par le néologisme (Péladan, Vice supr., 1884, p. 190).
    En partic., domaine de la crit. en gén. littér., péj. Tendance artistique qui privilégie les recherches formelles au dépens de la communication d'un message ou d'un sens, qui recherche l'obscurité pour l'obscurité. L'accusation d'hermétisme, de préciosité etc... sont les signes naïfs et irrécusables des sentiments que nous avions de la noblesse et de l'altitude de l'art (Valéry, Entret. [avec F. Lefèvre], 1926, p. 124). La littérature subit l'influence des journaux quotidiens, des annonces, de la radiodiffusion (...) en se réfugiant dans l'hermétisme et le symbolisme (Arts et littér., 1935, p. 64-11).
    « ma correction visuelle »